Menu

Lapalud, capitale provençale du balai

Le village, dont le nom signifie « marais », est situé sur d’anciens marécages asséchés. On y a d’abord cultivé la garance, une plante qui servait à teindre les vêtements en rouge. Au XIXe siècle, la teinture naturelle étant remplacée par d’autres procédés, on y introduisit la culture du sorgho. Cette plante donne une paille particulièrement souple qui permet de fabriquer des balais.
Etals en bord de route
Dans les années 50, le trafic croissant des estivants sur la nationale 7 a fait la réputation du village comme « la capitale des balais ». Au bord de la route, une trentaine d’étals bordaient la route pour vendre des balais, mais aussi des cabas, des corbeilles, des chapeaux...  
Aujourd’hui, seule une entreprise perpétue encore la tradition de la fabrication de balais.

A voir, à faire à Lapalud.

- Participer à la course des couleurs, un parcours de 6 kilomètres durant lesquels les participants s’aspergent de couleurs. La course se déroule dans le cadre de la Fête des balais, début juin.

- Pêcher dans l’un des lacs de la commune : Girardes ou Devès.

- Se baigner, faire de la voile ou de la plongée au plan d’eau des Girardes. La baignade est surveillée, et un restaurant vous attend avec sa terrasse ombragée.

- Se balader le long de la Via Rhôna